Et la Baja nous re-gagne!

wp-1624242217935.jpg
El Cardonal - Los Barilles / 25km / Total 4878km

Ce matin nous nous sommes réveillés au son du doux ronron de la clim’ de l’hôtel qui nous berce depuis deux jours. Il fallait bien ça pour nous remettre de notre dernière étape et réfléchir à la suite de notre parcours. Après nous être renseigné sur l’état du chemin en bord de côte, de la route à travers la montagne et après pris connaissance de la météo à venir, nous voilà prêts à repartir! Mais avant ça, les enfants n’ont pas oublié qu’aujourd’hui c’est la fête des pères. Alors même au bout du monde, il a droit à un petit déjeuner préparé avec amour et un cadeau bien utile : des bracelets de sport pour éponger la sueur ! Quelle bonne idée !

Un bon petit déjeuner préparé par nos loulous

Et pour la première fois depuis bien longtemps, le ciel est tout couvert lorsque nous nous mettons en route. Et les températures ont bien baissées, environ 30°C, un vrai bonheur. Nous avons finalement décidé de rejoindre la ville de Los Barilles en passant par la côte : c’est un chemin mais ça monte beaucoup moins que la route bitumée et il devrait y faire moins chaud. En plus le gérant de l’hôtel nous a dit que le chemin était en meilleur état que ce que nous avons fait car il y a plus de passage de voitures. Le sable est donc tassé. Ça c’est une bonne nouvelle. Pour assurer le coup, nous prévoyons quand même de nous arrêter à une première plage à 10 kilomètres si le chemin est trop fatiguant. Sinon nous avons 25 kilomètres pour aller jusqu’au village.

Nos informations semblent bonnes et le chemin de sable roule plutôt bien, sans trop de dénivelé et nous n’avons presque pas besoin de descendre des vélos! Les 8 premiers kilomètres sont vite terminés et nous avons la surprise de voir…une piste d’atterrissage au milieu de nulle part. Enfin si, juste à côté d’un grand complexe hôtelier… En poursuivons la route nous ne croisons que des américains, en buggy, en quad ou gros 4×4, mais qui nous saluent tous avec un grand sourire. On ne va pas beaucoup parler espagnol avant de quitter le Mexique! Un avant goût de ce qui nous attend. Et ce ne sont pas les villas de luxe qui bordent la côte qui vont changer les choses.

Pas si mal ce chemin!
Une piste d’atterrissage, bien sûr…avec la villa qui va avec!
Moins de cactus mais des Big

Le paysage est quant à lui bien différent de ce que nous avions pu voir : la côte est plus blanche et découpée, la mer est bien plus agitée et les cactus se font plus rares.  Nous découvrons aussi des plages de galets qui nous rappellent celle juste à côté de chez nous en France. Pour la pause déjeuner nous trouvons une grande plage de sable blanc mais sans ombre… Pas de problème nous sortons la toile extérieur de la tente et voilà un bel abri pour midi! C’est parfait pour faire la sieste et profiter de la mer après manger. Los Barilles est atteint en début d’après-midi et nous avons repéré un camping où passer la nuit. Encore une fois, en voyant les gros camping car installés en bord de mer, nous avons du mal à croire que nous sommes encore au Mexique. Le camping est bien placé, face à la mer et nous innovons encore au niveau de la tente: nous l’installons a l’étage d’un palapa! En fait ce n’est pas vraiment autorisé mais pour une nuit ça passe… Célian passe un long moment à coincer les piquets de la tente entre les lattes du plancher. Ça a l’air de fonctionner et nous avons une vue sur la mer et les montagnes au loin magnifique. Pendant ce temps, Aurélie s’est dévouée pour aller avec les enfants jouer dans les vagues, il faut bien quelqu’un pour les surveiller…de très près !

Pause déjeuner à l’ombre…de notre tipi
Voilà où a été rédigé l’article ce soir
Tipi avec vue mer !

En tout cas cette journée de vélo n’a rien à voir avec la précédente : nous avons pris du plaisir à rouler et pu admirer de nouveaux paysages. Bref, nous profitons de nouveau des joies de la Baja et la soirée s’annonce bien avec un superbe campement. Et sur la plage, ce sont cette fois ci des locaux venus passer le dimanche en famille avec parasol et glacière qui nous tiennent compagnie… On retrouve nos repères!

1 commentaire

  1. Pouvoir s’asseoir dans un cactus comme dans un fauteuil ! Il faut le voir pour le croire !!Bonne route à vous

Laisser un commentaire