Une étape bien galère…dans un décor de rêve!

DSC02012.JPG
La Ventana - Casa Chunique / 36km / 550m D+ / Total 4842km

Hier matin nous nous sommes réveillés avec un magnifique lever de soleil par la fenêtre de la tente, un vrai régal pour les yeux. Cela nous fait oublier notre nuit un peu agitée entre nos voisins de camping un peu bruyants, des chiens qui ont fait un petit concours d’aboiements et…une vache avec sa cloche qui est venue brouter à côté de nous! Heureusement que nous avions eu la veille une journée off pour nous reposer. Cela nous permet de nous réveiller tôt pour remballer nos affaires. Nous savons que l’étape qui doit nous mener en bord de côte ne sera pas facile : juste 35 kilomètres mais la moitié sur une piste. En revanche nous ne devrions pas avoir trop de dénivelé, juste une bonne montée sur une dizaine de kilomètres et après ça descend jusqu’à la mer où nous avons prévu de bivouaquer.

Le début de la route se passe effectivement très bien sur une belle route bitumée que nous connaissons en partie puisque nous l’avons faite pour arriver à La Ventana. En plus comme nous avons réussi à partir tôt il ne fait pas trop chaud. Avant de quitter la route principale nous faisons quand même une halte boissons fraîches et faisons le stock d’eau en prévision de la journée : la poche à eau de 10 litres est presque pleine, nous avons un bidon de 4 litres, un peu d’eau non potable pour se rafraichir et toutes les gourdes pleines. C’est parti pour le chemin…de sable où nous arrivons devant un grand portail qui barre la route?! Il n’est pas fermé, il n’y a pas marqué propriété privée alors on avance…pour faire demi-tour après avoir croisé un pick-up : en fait c’est bien un propriété privée! On trouve la bonne route un peu plus loin et c’est là que les choses sérieuses commencent. La route s’élève en même temps que la température… Nous n’avons pas trop de sable et parvenons à avancer sans trop pousser les vélos. A midi, nous vérifions sur le GPS et on a déjà fait une grosse partie de la montée! Plus que trois kilomètres et ce sera la descente! On est plutôt contents et on parvient à s’installer à l’ombre d’un arbre pour une longue pause déjeuner. Mais comme Célian s’ennuyait un peu et trouvait l’étape trop simple, il sort le drone, le perd dans les cactus et se fait un petit aller retour à pied à flanc de montagne pour le récupérer. Nous sommes quand même bien contents de l’avoir retrouvé! Le drone et Célian!

Fini la rigolade, nous c’est tout droit !
DSC01973.JPG
On passe ou on passe pas ?
Jusqu’ici tout va bien

Il est temps de finir cette montée et de retrouver la mer! Les derniers kilomètres sont bien raides et il y a de plus en plus de gros cailloux sur la route. Nous arrivons enfin au point culminant la vue est vraiment superbe…En revanche la descente promise s’annonce bien difficile : des cailloux et encore des cailloux! Et encore nous n’avons rien vu! Car en bas c’est du sable et on s’enfonce avec nos vélos… Mais le pire c’est que notre fameuse descente est courte et que la route remonte !! Nous qui pensions avoir fait le plus dur, c’est loin d’être le cas : ça ne fait que monter et descendre et les montées sont bien raides. Il faut descendre du vélo, pousser et même faire des allers retours pour s’aider les uns les autres quand c’est trop lourd. Il ne nous reste pourtant que 5 kilomètres lorsque nous apercevons la Casa Chunique, notre lieu de bivouac du soir. Malgré nos efforts et le temps qui passe elle paraît toujours aussi loin. Les forces et le moral des grands déclinent… Les enfants eux sont supers, s’aident et avancent sans râler. Heureusement nous avons des supers barres énergétiques offertes la veille au camping par un américain. Il en avait tout un stock car un de ses amis travaille pour une compagnie qui fabrique ces fameuses barres. Ça tombe à pic et nous pensons bien à lui!  Nous avons aussi la chance que le soleil se couche tard en Baja et nous savons que plus l’heure tourne et moins il fait chaud, c’est déjà ça. Alors on avance, on avance et…on s’arrête en haut de chaque montée, en espérant que ce soit la dernière !

Ca commence à être dur…
… très dur !
Ça y est, on voit la mer !
C’est dur mais c’est beau !

Le paysage qui nous entoure est pourtant extraordinaire : une cote découpée, une mer d’un bleu étincelant et d’une transparence qui se voit même d’en haut! Mais même dans un décor de rêve, on ne pense qu’à arriver…enfin! Les derniers kilomètres sont difficiles et nous laissons même nos vélos dans la dernière montée pour aller voir si la Casa est ouverte. Ce n’est pas le cas mais ce n’est pas bien grave, il y a de l’eau accessible à l’extérieur et même une douche ! Nous refaisons le plein d’eau, nos stocks ayant été bien entamés dans la journée… Il est plus de dix neuf heures lorsque nous installons notre bivouac en contrebas de la Casa directement sur la plage. Nous sommes seuls au monde et nous commençons par une baignade dans cette eau qui n’a cessé de nous narguer tout l’après-midi ! Un vrai régal après une étape aussi longue et dure… Nous ne mettons pas longtemps pour aller au lit ce soir! Sauf que le sommeil a du mal à venir : les barres énergétiques avaient de la caféine et manifestement ça agit encore! Ce qui est sûr c’est que nous ne serons dérangé ni par le bruit des voitures (qui ne nous ont pas gênés sur la route non plus), ni les chiens, ni les voisins…. Juste le bruit des vagues pour nous bercer.

Filtrage en cours : on peut aller se baigner
Seuls au monde
Casa Chunique - El Cardonal / 11km / Total 4853km

Le réveil de ce matin se fait encore avec une vue mer imprenable dans notre plage du bout du monde. Et du coup, on commence la journée par…une baignade! Autant profiter des lieux! Aujourd’hui nous devrions retrouver un peu plus de vie en rejoignant le village d’El Cardonal situé à 10 kilomètres. Et s’il n’y a plus le dénivelé et les cailloux d’hier, nous avons droit…au sable! Il nous faut une heure pour faire deux kilomètres ! Lors d’une pause à l’ombre, nous croisons la seule voiture que nous avions vu hier sur la route : ce sont des archéologues qui viennent examiner la roche dans la grande montée que nous avons mis si longtemps à grimper. Ils nous confirment que le village n’est pas loin, nous offrent des boissons fraîches et nous annoncent que la route s’améliore bientôt…rien ne pouvait nous faire plus plaisir! Et effectivement un peu plus loin, c’est toujours du sable mais plus tassé et donc plus roulant. Il nous faudra quand même toute la matinée pour arriver au village : soit deux heures et demi pour faire 10 kilomètres, on a connu plus rapide! Peu importe, nous trouvons un petit hôtel restaurant avec une surperbe piscine, la clim’, l’endroit idéal pour nous remettre de nos aventures…et changer de programme! On avait un doute sur l’état du chemin du bord de mer et vu ce que nous avons fait on a décidé que nous allions privilégier le bitume…  Et en cherchant un nouveau parcours, nous trouvons un aéroport international au sud de la Baja avec des vols directs pour les USA, un vrai appel du pied! On va donc profiter du coin mais sans faire une boucle jusqu’à La Paz.  Tout n’est pas encore bien défini mais les étapes galères, on n’en veut plus…par contre les beaux paysages, on en redemande !

Beaucoup de sable…
… et quelques cailloux !
Sinon c’est tout droit !
Le Graal !

Laisser un commentaire