Animaux exotiques et eaux limpides, que demander de plus!

wp-1616036854137.jpg

Ce matin nous nous avons été réveillés par…le chant des oiseaux dans les arbres entourant notre petit bungalow. Et ils sont tellement nombreux que nous n’avons pas besoin de réveil. Dès le lever du jour, nous les entendons chanter. Le Costa Rica est réputé pour sa biodiversité et ce n’est pas un mythe. Chaque jour nous découvrons de nouveaux animaux et de nouvelles plantes, parfois même sans aller dans les parcs mais juste en bord de route. Mais pour voir certaines espèces rares nous avons visité le parc le plus connu du pays : Manuel Antonio.

Quepos, Parc Manuel Antonio

De ce que nous en avions lu, ce parc est très prisé pour ces nombreux animaux et sa plage paradisiaque. En temps normal, les gens font la queue avant même l’ouverture à 7 heures du matin. Nous nous étions donc préparé sauf qu’en arrivant, il n’y avait presque personne. Une chance pour nous mais un signe que la période Covid affecte le tourisme ici aussi! Arrivés sur place nous nous gardons dans un des nombreux parking payant qui bordent le parc et nous voilà garé directement sur la plage. Nous n’avons jamais eu un si beau parking… Nous marchons un peu pour rejoindre l’entrée du parc et sommes interpellés, en anglais, par les guides locaux qui proposent leur service. Cela nous agace doublement: nous en avons marre d’être pris pour des américains et cela fait trois mois que nous faisons des efforts pour parler Espagnol!!

Notre parking !

A priori, les sentiers du parc sont bien balisés et les animaux facilement visibles donc nous décidons de nous débrouiller seuls cette fois. Le début du parcours ne nous détrompe pas et nous avançons sur un chemin surélevé et avec des barrières de chaque côté pour voir la végétation et les animaux. Nous avons tous hâte de rejoindre le chemin des paresseux pour voir le petit animal préféré de Clélia. Nous espérons aussi voir des singes et peut être même un toucan ou deux… Sauf que nous avons beau regarder en l’air nous ne voyons rien…si ce n’est des touristes américains accompagnés de leur guide qui ne voient pas grand chose de plus que nous. Heureusement la balade en elle même est agréable et nous profitons une fois de plus d’une végétation verdoyante. Nous savons aussi qu’au bout du sentier nous trouverons la fameuse plage où nous pourrons dans tous les cas nous baigner. Au moment où le chemin debouche sur la plage, et alors que nous avions fait le deuil du paresseux, nous en voyons enfin…deux! Un grand et un plus petit que nous avons même vu bouger. Et quelques mètres plus loin, nous apercevons un toucan. Ouf, nous les avons enfin trouvés! Il est maintenant temps de se baigner et la plage est…juste sublime: sable fin, cocotiers et eaux turquoises ! Cette plage coche toutes les cases du paradis. Nous n’avons eu aucune peine à nous jeter à l’eau tellement elle est chaude. De tous côtés, le décor nous subjugue : l’eau limpide, la plage avec les arbres qui la bordent et en arrière plan les montagnes. Et comme si cela n’était pas suffisant en repartant nous trouvons enfin les fameux petits singes qui viennent fouiller dans les sacs! Il y en a juste en sortant de la plage. Nous empruntons ensuite un sentier qui grimpe un peu et nous offre de sublimes points de vue sur l’océan et nous permet de nouveau de voir d’autres singes au milieu de la forêt. Une très belle visite même si nous pensions voir plus d’animaux. Le parc et ses plages sont vraiment superbes et c’est effectivement un incontournable. Nous validons aussi le concept parc animalier et plage paradisiaque! A faire et à refaire sans hésiter…

Le paresseux bien caché…
La baie du parc Manuel Antonio
Vue plein Ouest
Dominical, Nauyaca Waterfalls

Aujourd’hui nous avons décidé de changer un peu de l’eau de mer et de nous rendre au Nauyaca Waterfalls: deux cascades aux pieds desquelles on peut se baigner. En prenant la route nous sommes étonnés du changement de décor en seulement quelques kilomètres. Dès que nous nous éloignons de la côte, nous nous enfonçons dans une forêt bien dense. Pour atteindre les cascades, nous avons une petite heure de marche et nous espérons pouvoir voir un ara rouge, le seul oiseau emblématique du pays que nous n’avons pas encore vu. Le chemin se fait assez facilement et est plutôt ombragé. A chaque bruit inhabituel dans les arbres, nous levons la tête à la recherche du fameux oiseau. A mi parcours, nous tombons sur un espèce de petit restaurant avec de beaux paons qui ne cessent de crier et font la roue. Cela nous rappelle le parc de La Rochelle où nous avons l’habitude d’en observer lorsque nous nous baladons vers chez nous. A ceci près que quelques mètres au dessus d’eux, perché sur un tonneau en plastique, nous voyons…un ara rouge!! Nous pensons d’abord qu’il est attaché car il ne bouge pas mais en fait non, il est bien en liberté mais un peu apprivoisé puisqu’il sait qu’il a de la nourriture à sa disposition. Quelques minutes plus tard, il rentre dans son tonneau et nous ne le reverrons plus… Encore une fois nous avons eu de la chance de le voir! Nous continuons notre chemin tout heureux de cette nouvelle découverte.

Nous parvenons ensuite aux fameuses cascades qui nous impressionnent tant par leur taille que par la clarté de l’eau. Par contre lorsque ce n’est pas tout à fait la même température que le Pacifique! Cela tombe bien nous avons très chaud! Nous testons les deux cascades et le cadre est aussi incroyable pour l’une que pour l’autre, avec une mention spéciale pour la deuxième dont on dirait que les marches ne sont pas naturelles tellement elles sont bien faites. Le contraste entre la roche noire, le vert de la mousse et des arbres qui l’entourent sans oublier l’eau transparente en font un lieu magnifique. Et sur le chemin du retour, nous avons même la chance de voir un toucan!

1ère cascade
2ème cascade
Heureusement que son cri est caractéristique pour pouvoir le repérer …

Nous ne nous lassons pas des paysages diversifiés qu’offrent ce pays en seulement quelques kilomètres de distance à chaque fois. C’est aussi un vrai zoo à ciel ouvert. Nous voyons tellement d’animaux que les enfants ont commencé à les lister pour ne pas les oublier. Notre voyage au Costa Rica touche bientôt à sa fin mais nous n’en revenons pas de tout ce que nous avons pu y voir, avec en plus la chance de pouvoir partager tout cela avec les parents de Célian. Nous allons bien savourer ces prochains jours et continuer d’en prendre plein les yeux et le coeur!

2 commentaires

  1. L’ara doit s’appeler Diogène non? Quand reprendrez-vous les vélo? Ici c’est la course au vaccin. Hier par un gros coup de chance j’ai pu me faire vacciner : un gros souci de moins. Bonne route à vous et bravo pour ces superbes photos. Cordialement

    1. Bonne nouvelle pour le vaccin ! Nous aimerions bien aussi être vacciné , ca nous faciliterait le passage des frontières 😉
      Nous reprenons les vélos ce WE 😁 direction Nicaragua !!

Laisser un commentaire