Et on roule vers la frontière

DSC07881.JPG

Ce matin nous nous sommes réveillés avec le son de la cascade…de la piscine de notre logement du jour! Il fait dire que hier nous avons fait fort pour notre reprise du bivouac…

Au terme d’une journée bien chargée nous avons réussi à récupérer nos vélos laissés à Monteverde en remerciant chaleureusement Hermida de nous les avoir gardés, rendre la voiture de location et trouver un endroit où planter la tente. Pourtant, ce n’était pas gagné et les quelques bouchons rencontrés sur la route nous ont un peu retardé. Nous ne sommes arrivés chez le loueur de voiture que vers 17 heures et il nous fallait encore remonter les vélos et rouler jusqu’à un hébergement… Sauf que sur la route nous nous sommes rappelés qu’ils nous avais proposé de venir chercher la voiture directement à notre hôtel ce qui nous éviterait d’avoir à rouler avec les vélos le soir… On tente le coup à l’agence et cela les arrangent même car ils sont débordés ! Nous trouvons donc un hôtel en direction de la frontière ce qui nous avance pour demain. C’est déjà une première bonne nouvelle mais ce n’est pas fini… Nous arrivons à l’hôtel repéré sur la route où nous sommes accueillis par un gentil canadien. L’endroit est très agréable avec un grand jardin entouré de petits bungalows. Nous lui demandons si nous pouvons planter la tente pour la nuit. Nous n’y croyons pas trop mais il accepte sans problème ! Les enfants sont trop contents lorsqu’ils découvrent la piscine et sa mini cascade. Il fait nuit mais ce n’est pas grave, nous allons quand même faire un petit plouf. Et ensuite tout le monde au lit car demain il faut se lever tôt.

Notre surprise du jour
Liberia - La Cruz / 59km / 300m D+ / Total 2084km

Enfin nous reprenons la route ! Après quinze jours sans vélos pour les enfants, c’est un peu dur de s’y remettre. Heureusement la route est plutôt facile avec de grandes lignes droites bien plates. La végétation qui nous entoure est bien aride et les quelques arbres qui nous entourent n’ont guère de feuilles. Quant aux habitations, elles se font encore plus rares. Nous avançons en plein désert, nous qui avions l’habitude des petites échoppes de souvenirs ou de fruits et légumes en bord de route, cela nous change. Nous sommes même obligés de demander à une ferme de remplir nos gourdes car nous ne trouvons aucun endroit pour acheter de l’eau. Au fur et à mesure de notre avancée, le vent se lève. Cela nous rafraîchit mais nous freine également…on n’est jamais contents! En vrai, nous sommes ravis de pouvoir de nouveau avancer à notre rythme et au grand air. Nous avons l’impression de mieux profiter des paysages, de la nature et…des encouragements des locaux. Nous retrouvons les klaxons des voitures et de nos chers camions américains. En nous approchant de la frontière, mêmes les voitures de police nous klaxonnent. Nous espérons que c’est un bon signe pour demain!

Prêts pour le départ !
La route à perte de vue !

Après avoir bien roulé, toute la matinée, nous faisons une pause déjeuner près d’une aire de jeux et à l’ombre d’un grand arbre. L’endroit est parfait pour nous reposer avant de faire les derniers kilomètres pour atteindre La Cruz, la dernière « grande » ville avant la frontière. Il s’agit plutôt d’un village que d’une ville mais il y a un supermarché pour remplir les sacoches car nous voulons être suffisamment autonome pour la suite. Célian a repéré un hôtel quelques kilomètres plus loin et nous allons essayer de renouveler l’exploit de hier soir. Nous avons encore quelques Colones à dépenser donc s’ils ne veulent pas de notre tente nous prendrons une chambre pour la nuit. Arrivés sur place, nous découvrons que c’est plus un bar restaurant avec piscine qu’un hôtel. Nous demandons tout de même si nous pouvons planter la tente. Et comme hier soir c’est un oui totalement naturel et spontané ! Le gérant nous montre où l’on peut s’installer et nous explique qu’on peut utiliser la piscine…Et dire qu’en partant d’Uvita nous avions dit aux enfants de bien profiter de la piscine car nous ne savions pas quand nous en aurions une autre… Voilà deux soirs que nous sommes installés gracieusement dans des hôtels avec piscine ! Ça doit être ça la Pura Vida. Nous voici maintenant à une quinzaine de kilomètres de la frontière avec le Nicaragua. Nous allons partir tôt demain matin car nous ne savons pas trop à quoi nous attendre… Nous avons à la fois hâte de cette nouvelle expérience mais sommes un peu inquiets de savoir comment cela va se passer. En attendant nous savourons notre soirée qui devrait être là dernière au Costa Rica, en espérant écrire d’un autre pays demain soir.

Pause déjeuner
Dernier au revoir au Pacifique (du Costa Rica!)
Le vent semble souffler toujours dans le même sens…
« Camping » toujours aussi beau

1 commentaire

Laisser un commentaire