Test du combo vélo bus vélo…

DSC03065.JPG
Pallatanga - Riobomba / 30km - 600m D+ / Total 180km

Ce matin nous nous réveillons au son …des camions de pompiers ! Non on plaisante ! On n’a pas été dérangé et tout le monde a bien dormi à la caserne. Aujourd’hui nous devons aller jusqu’à la ville de Riobomba où Sarah une warmshower d’origine allemande à accepter de nous accueillir pour la nuit. Nous avons donc 80 km à parcourir avec 1500 m de dénivelé !!! Soit mission impossible en vélo mais nous savons que nous trouverons bien une solution sur la route pour aller plus vite !

On enfourche nos vélos en ce début de journée ensoleillée et ça attaque raide dés le début : des pentes entre 5 et 10 % et aucune descente ! On n’a pas fait un kilomètre que Clélia râle déjà … Il faut dire qu’elle bougonnait avant même de partir quand on lui a dit que cela allait grimper! Et en plus, plus on monte et plus il y a de nuages. La visibilité est de moins en moins bonne et une petite pluie vient nous rafraîchir. Malgré la pente toujours aussi raide on parvient à avancer petit à petit. On a fini par trouver une solution pour ne pas trop nous fatiguer et continuer à avancer : quand c’est trop dur, Clélia descend de son vélo et continue à pied, Côme descend du Pino, Célian continue seul et Aurélie fait le vélo balais à l’arrière équipée d’une lumière à éclat pour être bien visible. Toute une technique mais cela nous permet de poursuivre notre route. A midi on a parcouru 8 km en 2h30 avec 600 m de dénivelé positif… Nous vous laissons faire le calcul du pourcentage mais c’était bien pentu, on vous l’assure !

Une petite pause pitaya / mangue et ça repart !

Bien fatigués par cette première demi-journée, tout le monde est d’accord pour faire la pause déjeuner sans attendre puis nous ferons du stop dans la foulée… Sauf qu’il pleut et que l’on ne trouve pas d’abri! Heureusement, nous trouvons un terrain de foot et nous accrochons notre tarp pour faire une tente avec les vélos. On s’assoit sur les sacoches et nous voilà installés à l’abri pour déguster les sandwichs du jour ! Vu qu’on a le temps et qu’il commence à faire froid avec la pluie, on sort le réchaud pour se faire un petit café ! On en profite tous pour se réchauffer !

Et maintenant place au stop ! Au grand désespoir de Clélia il nous faut reprendre les vélos pour trouver un endroit un peu mieux placé pour avoir une chance de trouver un bon samaritain. Nous n’aurons pas à attendre très longtemps pour qu’un bus s’arrête. Il va bien à Riobomba et peut nous prendre même avec les vélos mais il faut faire vite car il est mal garé!! Les vélos sont donc jetés en vrac dans la soute! Au grand désespoir de Célian qui n’en mène pas large de les savoirs entassés n’importe comment !! Il craint le pire à l’arrivée et se demande dans quel état nous allons les retrouver ! Sinon, le bus est plutôt confortable, il y fait chaud et avec la pluie qui tombe on se dit qu’on est bien.

Pendant le trajet nous atteignons 3700 m d’altitude pour ensuite redescendre vers Riobomba. Le paysage a complètement changé ! Fini les champs de bananiers et les plantations de cacaotiers, c’est beaucoup plus pelé. Il y a de quelques grands arbres très hauts mais peu fournis, de l’herbe bien verte et des montagnes tout autour de nous. Nous nous arrêtons à une quinzaine de kilomètres de la ville pour profiter des belles descentes qui nous attendent! On récupère les vélos et a priori il n’y a pas eu beaucoup de casse : jusque quelques reglages à faire mais tout semble fonctionner ! Célian pousse un ouf de soulagement et nous prévient : plus jamais de bus avec les vélos ! Sur la route nous croisons des équatoriens en costume traditionnel qui cultivent leur petite parcelle de terre à la main… Quel dépaysement ! Nous en prenons plein les yeux sur ces derniers kilomètres avant la ville et en plus, que ça fait du bien de rouler sans peiner ! Bon il y a bien eu deux petites chutes sur le trajet une de Clélia et une d’Aurélie à cause de voies ferrées à traverser mais aucun bobo à déplorer !

Nous arrivons finalement en fin d’après midi chez notre hôte du soir et a peine avons nous rentres les vélos qu’il se met à pleuvoir ! Juste à temps ! L’air est plus frais par ici. C’est fini la chaleur étouffante de Guayaquil ! Nous profitons de notre arrivée pas trop tardive pour faire une lessive car nous n’avons plus rien à nous mettre … Célian en profite aussi pour refaire le parcours en tenant compte de nos capacités dans les montées ! Et maintenant nous allons profiter de notre soirée et de nos hôtes…

3 commentaires

  1. Hello, avant meme d’avoir avalé mon café que grace à vous j’ai deja fait 40km et voyagé. Merci beaucoup 😊.
    Courage à vous et vas y Clelia, à un moment ca descendra bien 😋

Laisser un commentaire