Après le farniente, place au vélo!

wp-1613097473808.jpg
Rincon del Mar - San Pablo / 71km / Total 1393km 

Ce matin nous nous sommes réveillés après avoir passé notre dernière nuit dans notre petit hôtel les pieds dans l’eau… Nous y avons passé trois jours paradisiaques à profiter de la plage, de la mer et des cocotiers ! Et comme la plage devant notre hôtel ne nous suffisait pas, hier nous avons pris un bateau pour visiter les îles San Bernardo et ce fut une journée magique…

Notre embarcation !

Pourtant, au départ, nous hésitions vraiment à faire cette excursion car nous avions très envie de plonger…mais tous les clubs étaient fermés ! Certes, il n’en a que trois dans le village mais tous étaient en vacances jusqu’au 15 février. Nous nous sommes donc rabattus sur la visite de ces fameuses îles dont on vante les eaux cristallines. Après négociations et mise en concurrence des propositions de balade, nous parvenons à trouver un tarif correct pour la journée, en évitant de se retrouver dans un bateau bus bondé de touristes. Nous voilà donc levés de bonne heure pour profiter du calme de la mer et de la relative fraîcheur matinale! Nous rejoignons vite notre bateau qui nous attend devant l’hôtel et à peine trente minutes de navigation plus tard nous commençons à apercevoir des eaux turquoises. Les enfants sont émerveillés ! C’est la première fois qu’ils voient une eau aussi transparente! Lorsqu’en plus, nous nous arrêtons en pleine mer au dessus d’un récif peu profond pour aller voir des poissons multicolores, l’excitation est à son comble!!! Ce n’est pas une vraie plongée mais ce n’est pas mal quand même et nous nous régalons tous à admirer ces petits poissons aux couleurs vives voire fluorescentes…

Nous faisons ensuite halte sur une première île, Santa Cruz, enfin une sorte d’Ile où des habitations de bric et de broc sont enchevêtrées les unes aux autres… Rien de très engageant et la visite est payante… Nous préférons dans un premier temps nous en dispenser mais on nous parle d’un aquarium où l’on peut nager avec des poissons, nous nous laissons tenter… Nous n’aurions pas dû! Après une explication sommaire sur le fonctionnement de l’île et la précision qu’il s’agit de l’endroit le plus densément peuplé du monde, nous sommes conduits au fameux aquarium : deux blocs de béton dans lesquels de pauvres poissons tournent en rond et sont attrapés sans ménagement pour prendre des photos souvenirs… Cela nous fait mal au coeur et nous n’avons qu’une hâte partir au plus vite! Heureusement la deuxième île, Mucura, est bien plus attrayante avec son eau turquoise et transparente! La encore, les enfants s’en donne à coeur joie et se baignent à n’en plus finir! Nous en profitons aussi pour siroter une bonne Pina colada (sans alcool) les pieds dans l’eau…le rêve ! Et pour finir, nous nous arrêtons à Tintipan la plus grande des trois îles et la plus verte. Elle est recouverte d’une sorte de mangrove et de cocotiers à perte de vue. Nous retrouvons de nouveau une plage avec sable blanc et eau cristalline. C’est ici que nous ferons notre pause déjeuner avec un bon poisson grillé avant de répartir avec des étoiles plein les yeux! Alors oui, c’est touristique mais pas bondé non plus et nous avons passé une excellente journée !

Ile Santa Cruz
Ile Mucura
Île Tintipan

C’est ainsi que s’achève notre séjour à Rincon del Mar, village encore préservé du tourisme de masse. Cela nous a permis de profiter d’un cadre paradisiaque, les pieds dans l’eau, sans être uniquement au milieu de touristes. Les enfants ont passé leur temps à jouer dans le sable et à ramasser des noix de coco… C’est un peu dur de repartir, surtout que nous devons attendre d’être à Carthagène pour retrouver la mer, soit d’ici deux ou trois jours.

Leur jeu préféré : casser des noix de coco !!

Nous sommes quand même contents de reprendre les vélos et notre itinérance à la découverte de nouveaux endroits. Ce n’est pas pour tout de suite car nous devons emprunter le même chemin poussiéreux qu’à l’aller pour rejoindre la route principale. La suite de la route n’offre rien d’exceptionnel en terme de paysage. Nous avançons dans une région manifestement plus pauvre que celles que nous avons vues jusqu’à présent en Colombie. Nous traversons des sortes de hameau où sont regroupés quelques maisons aux murs en bois ou en terre et avec des toits en tôle ou en paille. A perte de vue nous ne voyons que des palmiers et nous comprenons que nous sommes dans une région qui produit de l’huile de palme. Nous passons même devant une usine et cela ne sent pas bon du tout…

Maison en bois et terre
Palmier récoltés pour l’huile

En milieu d’après midi, nous partons à la recherche d’un logement et ça risque d’être compliqué car nous sommes au milieu de nulle part! Les lieux ne nous donnent pas trop envie de sortir la tente et en plus avec la chaleur ce n’est pas le plus adapté. Nous trouvons une sorte de motel en bord de route qui ne nous inspire pas… Nous préférons poursuivre jusqu’au prochain village qui n’est qu’à quelques kilomètres. Ce n’était peut être pas une bonne idée… Célian casse un rayon quelques kilomètres plus loin et le village repéré est tout petit et n’a pas grand chose… Nous nous rendons près de l’église du village pour demander où nous pourrions dormir. Une gentille dame dans son hamac passe quelques coups de fil et un homme nous propose une chambre dans un espèce d’habitation faite en tôle pas très engageante…Nous préférons décliner sa proposition et repartir vers la route principale. En chemin, nous croisons un gros pickup et son conducteur nous interpelle. Nous lui expliquons que nous ne savons pas où dormir et il hèle un jeune garçon à moto pour nous accompagner jusqu’à une sorte de motel a l’entree du village que nous n’avions pas vu…ouf, nous voilà installés pour la nuit! Ce n’est pas le grand luxe mais ce n’est pas cher et nous avons même deux chambres séparés. Nous ferons peut être moins les difficiles la prochaine fois et l’on se dit que le premier motel que nous avions vu était très bien. Nous continuons à apprendre de nos erreurs… Malgré cela nous sommes contents de poursuivre nos aventures et espérons arriver à Carthagène demain soir, sauf souci technique car Célian n’a pas réparé sa roue!

Remplissage des gourdes: En ce moment, nous avons un bidon de 5L d’eau en plus de nos 6 gourdes !
Petite réparation en vue….
Célian au « fourneau » devant le motel

2 commentaires

  1. Heureusement que Célian « en connaît un rayon » … J’aime bien les mots polysémiques, ils nous font philosopher et imaginer…. Cordialement

Laisser un commentaire