Banos-Ambato en tandem bus vélo!

DSC03322.JPG
Banos - Ambato / Bus + 25km / 300m D+ / Total 273 km

Ce matin, pas de son particulier pour nous réveiller mais un grand soleil pour accompagner notre petit déjeuner à la terrasse de l’hôtel. Un dernier jus de fraise fraîchement pressé et on remballe nos affaires. Nous ne sommes pas très efficace pour partir et Aurélie a mal dormi. En plus nous ne sommes pas très chaud pour reprendre la même route qu’à l’aller entre Banos et notre parcours initial.

On se dit que ce serait pas mal de tenter à nouveau le bus mais sans le prendre à la volée et en prenant le temps d’installer correctement les vélos. On se rend donc au terminal de bus de Banos et nous trouvons rapidement notre bonheur: un bus qui va jusqu’à Pelileo sur la route d’Ambato. On revoit une nouvelle fois notre parcours avec cette route différente et on gagne en dénivelé jusqu’à notre objectif de passer Noël au Cotopaxi! Moins de kilomètres, moins de dénivelé et plus de temps pour le faire. C’est parfait! On quitte donc la jolie ville de Banos en bus pour effectuer les 23 kilomètres qui nous séparent de Pelileo. On commence la journée bien tranquillement !

Nous reprenons les vélos en toute fin de matinée direction Ambato. Cette fois-ci ils ne semblent pas avoir souffert du trajet en bus ! On repart sous un soleil qui tape fort et nous devons redoubler de vigilance pour éviter les coups de soleil. C’est assez traître car il ne fait pas si chaud que ça et que l’on a régulièrement des nuages. Pourtant si l’on ne se méfie pas en fin de journée, les joues et le nez sont bien rouge…un peu comme après une journée de ski!

On traverse la ville de Pelileo dont la grande spécialité semble être les jeans vu le nombre de boutique le long de la rue principale… On n’en ramènerait bien quelques uns avec Clélia dans nos sacoches… Côme lui ramènerait bien la superbe Lotus rouge qui nous a doublé ! C’est très étrange de voir une voiture aussi luxueuse au milieu des vendeurs ambulants et des échoppes en taule! La région semble certes un peu plus riche que d’autres que nous avons traversé mais cela reste un pays très rural et avec une pauvreté bien présente… Après la ville nous retrouvons des petites routes secondaires mais bitumées à travers la campagne. Les animaux sont de retour : veaux, vaches, cochons, moutons, poules et même quelques chevaux … Cela nous divertit pendant la route. On croise aussi des femmes de tous âges avec de lourds fardeaux accrochés sur le dos. Et dans les nouveautés du jour, les cactus ont fait leur apparition ! Nous qui ne pensions pas en voir avant le Mexique nous sommes tous surpris ! On arrive tout de même à trouver un champ pour installer notre tarp sans nous faire piquer !!

Après cette petite pause, nous repartons et enchaînons quelques montées et descentes avant de finir notre parcours tout en descente. Parmi les autres grandes premières, Clélia a enfin réussi à boire à la gourde en roulant et a même réussi à lâcher les deux mains du guidon : une grande fierté ! Bravo à elle !! Quant à Côme, il a voulu en fin d’étape prendre le vélo de sa soeur et c’est tout fier au guidon du vélo qu’il est arrivé chez les pompiers…de nouveau nos hôtes de ce soir. Entre le bus et les descentes, nous voilà arrives et installés à Ambato avant même la fin de l’après midi. Cela nous laisse le temps de manger une glace et aux enfants de jouer dans le parc de jeux situés à côté de la caserne.

On commence à prendre nos marques avec cette nouvelle vie à vélo que ce soit pour trouver les lieux où dormir, choisir la meilleure route ou même le moment adapté pour rouler ou faire les devoirs !

1 commentaire

Laisser un commentaire