Quant une pause s’impose…on fait une demi étape

wp-1620002142938.jpg
Sant Catalina - Panzos / 31km / 160m D+ / Total 3204km

Ce matin nous nous sommes réveillés au son des joueurs de foot en train de s’échauffer… à 6 heures du matin! On peut dire qu’ils sont matinaux mais c’est dimanche donc jour de match. Et le match commence à 8 heures donc nous sommes priés de partir à 7 heures et demi au plus tard. Nous allons faire de notre mieux mais le réveil est un peu difficile. Nous avons eu bien du mal à nous endormir entre la musique et la chaleur…sans compter une petite sortie nocturne pour fermer la tente à cause de la pluie…qui n’a pas duré heureusement mais qui n’a pas beaucoup rafraîchit l’atmosphère non plus. Bref, nous ne traînons pas pour petit déjeuner ni remballer la tente, en étant par ailleurs observé (voire scruté) par quelques habitants. Ils ne se gênent pas pour parler entre eux de nous dans un dialecte local sans non adresser la parole…Nous ne nous attardons pas et nous nous brossons les dents un peu plus loin sur la route pour être plus tranquille.

Au programme de l’étape du jour : 70 km pour aller au village d’El Estor au bord du lac de Izabal. Vu la chaleur qu’il fait, on se dit qu’une petite baignade dans un lac pour finir la journée ne serait pas mal… Ça fait pas mal de route mais nous sommes partis tôt donc c’est jouable. Sauf que c’était sans compter sur des soucis digestifs pour Célian… Serait ce un petit souvenir de Colombie lorsque l’équipe de TF1 nous a rejoint lors qu’il n’était pas au mieux de sa forme? Nous devons nous arrêter souvent et la route est une succession de montées et de descentes. Il est à peine neuf heures qu’il n’en peut déjà plus… Entre ça et notre courte nuit nous décidons de chercher un hôtel sur Internet. Nous en trouvons un à 16 kilomètres plus loin (avec une piscine). Alors que nous allons repartir nous sommes abordés par un homme à moto qui nous questionne sur notre destination. Il nous apprend que la route que nous devons prendre n’est plus bitumée…après Panzo. Cela tombe bien car c’est la que nous avons repéré l’hôtel! Nous n’irons pas plus loin aujourd’hui! Cela veut dire que nous allons faire 40 kilomètres de route non bitumée pour aller à El Estor. Même si nous avions été tous en forme par sûrs que nous serions parvenue à faire l’étape en une journée en fait. Nous faisons encore deux pauses pour acheter des boissons fraîches et nous parvenons sur les coups de onze heures au fameux hôtel qui n’a pas de piscine mais… la clim et pour Célian c’est le plus important. Il s’écroule sur le lit pour une bonne sieste. Aurélie et les enfants vont faire un tour dans le village pour le laisser se reposer et acheter de quoi manger pour midi (riz tortilla viande pour notre malade et poulet frit frites pour les autres !). Lorsque nous revenons à l’hôtel, Célian va déjà mieux (ouf) et nous dégustons notre repas dans la chambre pour profiter de l’air frais de la clim’…

wp-1620002142644.jpg
wp-1620002142747.jpg
Nous voyons souvent des hommes porter des charges appuyées sur la tête
wp-1620002142707.jpg
Pause fraicheur !

Après une bonne sieste pour les grands et un petit film pour les petits, nous nous décidons à sortir un peu de la chambre. Il faut toujours aussi chaud et le village est quasi désert. Cela change de l’animation qu’il y avait ce matin avec les étals du marché collés les uns aux autres. Vu le regard des gens que nous croisons, il ne doit pas y avoir beaucoup de touristes par ici. Un petit arrêt sur la place du village et un autre à la boulangerie (sans baguettes françaises mais avec des sortes d’éclairs au chocolat) et nous rentrons à l’hôtel… retrouver la clim’ (oui c’est devenu une obsession !). Bonne nouvelle, lorsque nous sommes partis, il n’y avait plus d’eau mais elle est désormais revenue. Nous allons tous pouvoir prendre une bonne douche bienvenue. Cela nous rappelle combien l’eau est précieuse et que l’eau courante est déjà un petit luxe. Nous espérons maintenant passer une nuit calme et reposante et croisons les doigts pour que Célian soit vite rétabli. Nous nous disons aussi que nous allons quand même bien devoir nous faire à cette chaleur car ce sont les températures que nous allons avoir jusqu’à la fin de notre voyage. Nous n’allons pas pouvoir passer toutes nos journées dans des chambres d’hôtels climatisées (nos articles risqueraient d’être un peu répétitifs !)…même si aujourd’hui nous l’avons vraiment apprécié!

wp-1620002142801.jpg
wp-1620002142773.jpg
Ballade dans le village de Panzo
wp-1620002142829.jpg
wp-1620002142904.jpg
Des vêtements toujours aussi colorés !
wp-1620002142966.jpg
Le système d’eau courante pour l’hôtel

Et en petit bonus (l’aprés midi à l’hôtel a du bon…), quelques séquences vidéos et photos prises lors du tournage de TF1 :

Réparation du Pino à la Casa de Ciclista de Medellin
Dernier au revoir à Manuel de la Casa de Ciclista
Du côté de Guatapé, avec Bernard le caméraman
Sur le parking au pied du Peñol de Guatape
Et le selfie quand Bernard nous filmait !
Difficile de dire au revoir à Bernard et Thomas, nous aurons passé une trés bon moment avec eux

7 commentaires

  1. Hello les cyclos;
    J’aime bien la photos avec Bernard et Thomas et j’ imagine que vous n’oublierez jamais ce tournage qui a dû quand même être fatiguant… Sous la canicule et sur mauvais revêtement à dénivelé égal 10 km en valent 30 ou 40 et vous avez bien raison de vous ménager. J’espère que Clélian sera vite complètement rétabli. A-t-il essayé « Imodium » pour ses pb. digestifs? N’achetez que de l’eau en bouteilles « cachetées ». Un truc sous canicule: arrêtez vous pour mouiller les maillots: on trempe les 2/3 supérieurs dans un bassin on les essore bien en les tordant et on les remet sur la peau; le bas resté sec évite que l’eau coule dans les cuissards… Je trouve que c’est une clim efficace mais à renouveler assez souvent. Evidement plus l’air est sec mieux ça rafraîchit… Vous allez maintenant retrouver le cours « normal » de votre périple si tant est qu’on puisse parler de « normalité »

    1. Bonjour Christian,
      Merci pour vous conseils. Nous essaierons la clim maison !
      Nous avons les médicaments nécessaires. La difficulté est de maîtriser la nourriture et les boissons, surtout quand on se laisse tenter par un resto ou un petit repas à emporter…

  2. Quelle belle aventure je vous ai découvert avec le reportage sur TF1 merci de nous faire partager vos impressions j’espère que côté santé ça va s’améliorer il faut dire que l’organisme souffre.Courage à vous la petite famille

Laisser un commentaire