Retrouvailles et visite de Calakmul, un combo parfait

DSC00641.JPG

Ce matin nous nous sommes réveillés… à six! Ça y est nous avons enfin retrouvé les parents d’Aurélie alors Covid ou pas c’était embrassade parce que ça faisait vraiment trop longtemps! C’était un peu noël aussi car dans leur valise ils nous ont ramené une nouvelle tente, un sac à dos, une poche à eau et… petit plus de la saucisse et du pâté !!! Après une belle soirée de retrouvailles dans un petit resto mexicain, nous sommes maintenant d’attaque pour découvrir ensemble de le site Maya de Calakmul, grande rivale de Tikal que nous avons visité au Guatemala.

Le site est encore plus perdu dans la jungle que Tikal et pour nous y rendre nous avons délaissé les vélos pour la voiture loué par papi et mamie! Ça tombe bien, il faut faire 110 km pour nous rendre sur le site…ça se mérite. Nous reprenons en partie la même route que nous avons faite en bus la veille avec ses longues lignes droites. Nous bifurquons au bout d’une cinquantaine de kilomètres sur une route plus étroite, cernée par la jungle. Nous avions peur de trouver une route en mauvais état mais pas du tout ! Aucun nid de poule mais par contre il fait taire attention aux dindes mexicaines aux abords voire au milieu de la route… Nous arrivons à l’entrée du site après deux bonnes heures de route et faisons un rapide picnic avant la visite car il est interdit de manger à l’intérieur. Et cette fois ci au menu, la bonne saucisse sèche rapportée par les grands parents ! On se régale ! Il est maintenant temps de découvrir cette cité maya. 

Il existe trois parcours différents pour visiter le site : un court, un moyen et un long. Nous optons pour le moyen qui fait quand même trois heures et passe par les temples les plus importants. Et il ne nous faut pas marcher longtemps pour tomber sur notre premier temple et nos premières stèles gravées. Nous sommes déjà conquis par ce que nous voyons.

Premier temple, rien que pour nous !

Nous arrivons ensuite à une pyramide, le Temple VII, que nous pouvons gravir. Alors en plein soleil la montée est un peu rude mais la vue au sommet sur la jungle et le temple II, le plus haut du site, nous laisse sans voix. Nous ne nous attendions pas à ça et le temple en face de nous nous impressionne par sa taille et ses nombreux escaliers. Nous n’avons qu’une hâte c’est de le gravir évidemment ! Les structures sont vraiment très bien conservés et les stèles portent encore des traces de peintures pour certaines. A la différence de Tikal nous pouvons gravir les pyramides en montant directement sur la structure. Ce n’est peut être pas ce qu’il y a de mieux pour la pérennité du site mais c’est tout de même très émouvant : nous mettons nos pas sur ceux des mayas ! Le temple II reste un de nos moments préférés avec sa vue splendide sur la jungle tout autour de nous à 360 degrés. Et comme à Tikal, en plus de la beauté des temples, nous avons la joie de voir des signes araignées et des singes hurleurs! Une très belle visite qui vaut largement le temps passé sur la route… 

Temple VII
Vue sur le temple II
Temple II
On est bien là !
Xpujil - Ucum / 103km / Total 4059km

Ce matin, nous reprenons les vélos… à deux et donc avec un seul vélo en fait! Les enfants vont profiter de la voiture de location de papi et mamie pour se reposer et passer du bon temps avec eux! Mais pour cela il faut d’abord rentrer les vélos de Clélia et d’Aurelie dans la voiture, et les sacoches aussi… c’est un jeu de Tetris mais ça passe! Ça fait tout bizarre de laisser les enfants même si nous les retrouvons demain soir. Nous ne les avions pas quittés depuis le Costa Rica, ça commence à dater. Un gros bisous aux petits et aux grands et nous voilà tous les deux sur le Pino. Nous allons rejoindre la Laguna de Bacalar qui est à un peu plus de cent kilomètres. Alors, même si nous n’avons pas les enfants, il est peu probable que nous y soyons ce soir. La route est toute droite et peu de dénivelé mais…du vent de face!!! Même dans les descentes il nous faut pédaler, c’est râlant… L’avantage c’est que nous n’avons pas trop chaud! Pour égayer un peu la route nous avons droit à quelques petites montées que nous tentons de passer en prenant de l’élan mais ça ne marche pas vraiment! C’est vrai que le Pino est un peu plus lourd avec Aurelie à la place de Côme, s’y ajoute également 8 litres d’eau sachant qu’il n’y a pas grand chose sur la route pour se ravitailler… 

Petite maintenance avant de repartir
Tout est prêt !

Malgré le vent de face nous avons déjà parcouru 50 kilomètres pour la pause déjeuner ce qui veut dire que… nous avons dépassé les 4000 kilomètres depuis le début du voyage ! Ce n’est pas tout ça mais l’étape du jour n’est pas fini et nous avons toujours notre vent de face. Par contre les lignes droites se font de plus en plus longues et non regrettons nos petites montées de la matinée. Nous continuons à avancer et petit à petit nous dépassons notre record de distance à Pino et les 82 kilomètres parcourus le long du Danube. La fin de journée arrive et à 17 heures nous cherchons un lieu où dormir et lorsque l’on regarde la ligne droite devant nous on se dit que ce n’est pas gagné… Quand au balnéario reperé sur internet il est vraiment trop loin! Alors nous roulons jusqu’à un village avec une petite rivière. Nous faisons un premier tour du village et on nous propose de dormir dans le parc municipal. On s’y rend et nous allons nous renseigner au poste de Police situé juste à côté. On nous explique qu’il fait l’autorisation de la delagada du pueblo et on nous indique vaguement où est sa maison. Nous repartons avec notre vélo et remontons la rue à la recherche de la fameuse delagada que nous trouvons après… avoir demandé à trois maisons et une tienda! Elle nous donne très gentiment l’autorisation de planter la tente ! Et voilà notre lieu de bivouac est trouvé, au centre du village et à côté d’une aire de jeu et d’un terrain de basket… ça aurait plu aux enfants ça ! Mais ils ont bien mieux à faire et savourent les retrouvailles avec les grands parents, sans oublier la piscine de la résidence! De notre côté, il nous faut installer notre nouvelle maison… qui n’a rien à voir avec l’ancienne. Ça tâtonne sévère et nous prend plus de temps avec toutes ces sardines à planter mais plus d’arceau par contre. Célian savoure en tout cas la hauteur de notre tente tippi que nous allons donc étrenner sans les enfants! Nous savourons le calme de la soirée en espérant que la nuit soit reposante car demain nous comptons bien découvrir cette fameuse lagune…

Notre nouvelle maison !

4 commentaires

  1. Hello les cyclos;
    Content pour vous : Ces retrouvailles sont excellentes pour tout le monde. N’est-il pas possible d’acheter de la saucisse au Mexique ? Bravo pour cette étape » à rallonges » avec vent de face; faut le faire! La tente « teepee » reviendrait-elle à la mode?, moi qui suis partisan de la simplicité j’y vois pas mal d’avantage; qu’en est-il du poids et peut-on y dormir à 4 ? En voyant les photos du temple on comprend l’expression « la nature reprend ses droits » Quand reprendra-t-elle ses droits sur l’espèce humaine et le covid ne serait-il que le début de l’effondrement de notre espèce? Pas de souci pour le vivant, il en a vu d’autres et s’en sortira toujours sous une forme ou une autre… Bon j’arrête de faire le prophète de malheur sinon vous ne lirez même plus mes commentaires. Bonne route à vous. Bien cordialement.

    1. Bonjour Christian,
      C’est compliqué de trouver de la charcuterie digne de ce nom ici. Parfois nous trouvons du jambon mais c’est très cher. Et jamais de saucisse, saucisson pourtant si pratique en randonnée à vélo!
      Notre nouvelle tente teepee est 1kg plus légère que l’ancienne et un peu plus grande. Nous sentons bien aussi qu’elle est plus fine et fragile, espérons qu’elle supportera la vie de famille !!!
      Cordialement
      Célian

  2. Bonjour à vous! ☺️
    Nous voyageons également à vélos Pino avec nos deux enfants en bas âge. Nous sommes partis début mai et pour onze mois. A priori on fera un peu le même parcours que vous en Amérique centrale. Donc vos articles sont très instructifs ! Bref, on a actuellement une tente 5 places avec abside mais elle commence à prendre l’eau… Donc on se demande vers quoi se tourner.. pourquoi êtes vous partis sur une tente tipee svp? Vous avez assez de place pour stocker toutes vos sacoches dedans?
    Merci bcp pour le temps (que je sais précieux !) que vous prendrez pour me répondre.
    Merveilleuse suite de voyage à vous!

    1. Bonjour !
      Ça fait plaisir de savoir qu’il d’autres familles en voyage à vélo 😁
      Tant mieux si nos articles peuvent vous aider !
      Nous sommes passés sur une tente tipi pour avoir un plafond un peu moins bas… Autres avantages : plus légère (3,3kg), discrète, intérieur plus grand.
      Nous mettons les sacoches sous les 2 absides + quelques affaires à l’intérieur.
      Bon voyage à vous et votre famille !!!

Laisser un commentaire