Un beau dimanche de vélo

wp-1620609903270.jpg
San Luis - La Puente / 63km / 500m D+ / Total 3446km

Ce matin nous nous sommes réveillés avec le bruit de la pluie sur la toile de tente… Nous vérifions notre réparation qui semble tenir le coup : aucune goutte à l’intérieur ! Le combo colle néoprène/sac poubelle semble efficace…pour cette fois-ci en tout cas. Nous profitons de la table en bois abrité sous le palapa pour prendre notre petit déjeuner au sec : oeufs brouillés pour prendre des forces! C’est que nous avons une grosse étape au programme : 55 km et un peu plus de 500 m de dénivelé. Clélia nous dit déjà ” mais c’est impossible”!Nous attaquons sur les chapeaux de roue avec 350 m de montée en à peine 6 kilomètres. On ne fait pas semblant par ici…Nous mettons une heure pour faire cette première partie et nous trouvons que nous montons sans trop nous épuiser! Évidemment la vue au bout de la dernière montée nous récompense de nos efforts avec un beau panorama sur le paysage environnant. Nous pouvons admirer la route que nous avons grimpée et les rochers enfouis sous la verdure. Nous avons également la chance d’avoir moins de camions : eh oui c’est dimanche alors nous croisons plein de famille en pickup ou sur des motos (toute la famille sur une seule moto!) qui nous saluent gentiment. Ça fait toujours plaisir!

En admiration devant les oiseaux du baneario
Un an déjà ?? Ah non juste des kilomètres
Fin de la montée = Pause …
… et un beau panorama

Maintenant nous avons 28 kilomètres de quasi plat, cela faisait bien longtemps que ce n’était pas arrivé. Mais comme la route semblait trop facile, Aurélie a décidé de se compliquer les choses : alors que depuis un moment elle peine à suivre les garçons et trouve que son vélo est très instable, elle se rend compte qu’elle a crevé. Évidemment l’endroit n’est pas idéal pour réparer. On décide donc de regonfler la roue pour trouver un endroit un peu mieux où nous pourrons faire notre pause déjeuner. Nous trouverons notre bonheur sous le préau d’une école abandonnée : on est à l’ombre, il n’y a pas de bestioles et on a de la place. Après une petite sieste, Célian s’attèle à la réparation de la roue, ça va il gère…En revanche au moment de repartir, Aurélie ne se sent pas très bien. Elle a mal à la tête et au ventre…une bactérie dans l’eau, un yaourt pas frais?? Un Doliprane et ça repart…Il ne reste que 17 kilomètres à faire mais avec quelques successions montée/descente. Elle espère pouvoir terminer et au besoin on s’arrêtera plus tôt (chacun son tour!). Finalement les montées ne sont pas si raides que ça et nous arrivons au restaurant balneario repéré où nous pouvons planter notre tente. Nous voilà une nouvelle fois dans un lieu de bivouac des plus agréables : pas de piscine mais une jolie rivière avec une petite cascade, des balançoires dans l’eau et une tyrolienne. Et devinez qui s’y essaie? Les garçons évidemment. Aurélie elle va quand même mieux et rien de telle qu’une petite baignade pour finir cette belle journée de vélo!

Quand on vous dit qu’on n’était pas bien installé : un vélo en sécu et enfants à l’abri mais pas top quand même…
Petite cascade à deux pas de la tente
Alors, bivouac validé ??

1 commentaire

  1. Hello les cyclos;
    Mazette, 63 km et 500m de D+ il faut le faire avec une crevaison en +.! et Aurélie malade (j’espère que ça n’est rien de grave)
    En vélo camping j’ai pris l’habitude avant chaque départ de vérifier s’il n’y a pas un rayon cassé (Ils cassent parfois sans faire de bruit) ou un petit bout de verre fiché dans un pneu et qui ne demande qu’a percer la chambre au bout de qq km .
    Bravo pour la réparation (à la guerre comme à la guerre) et la colle néoprène convient pour cela; Il faudrait toujours avoir un pièce de tissu en toile de tente ou en tissu de parapente.
    Merci pour votre réponse à mon commentaire précédent et bonne route à vous 4. Cordialement

Laisser un commentaire